Réjane Hamus-Vallée

36 heures

 

Le cours mène une réflexion sur les liens entre esthétique et technique, et donc aussi sur les liens entre « le fond » et « la forme », à travers l’analyse de quelques moments clés de l’histoire du cinéma (sa naissance, l’avènement du sonore et du parlant, la couleur…). En reprenant aussi un regard chronologique, l’étudiant est amené à réfléchir sur les « nouvelles « technologies » ou plutôt les « dernières technologies », qui de fait participent à une redéfinition permanente de ce qu’est un film, ce qu’est le cinéma. Une large part est consacrée à la « révolution numérique », de la caméra (DV, HD…), au montage, jusqu’à la question de la diffusion, à travers le multimédia et les questions que pose le web documentaire. L’objectif est d’inciter les étudiants à prendre conscience des « vraies fausses » mutations technologiques qu’ils croiseront tout au long de leurs carrières, et des différents impacts qu’elles occasionnent. Nous abordons ainsi ces mutations technologiques sous l’angle des transformations, parfois légères, parfois plus profondes des métiers associés (chef monteur). Il s’agit de défendre l’idée que l’esthétique, la technique et l’économie sont intimement liées. Nous nous appuyons en partie sur des films d’anciens étudiants, afin de questionner les choix esthétiques à l’œuvre dans ces travaux, mais aussi de travailler sur le sens produit par ces films. Ce moment est très important pour les étudiants, qui confrontent leurs regards et leurs questionnements à ceux qui les ont précédés. La deuxième partie du cours met en pratique ces réflexions par un travail sur machine sur la création de DVD et sur l’étalonnage. Enfin, de par l’approche « métier », le cours aborde aussi la question du stage à travers une demi journée de préparation et de travail sur les anciens rapports de stage des étudiants.

  • Cours I : Problématique et approches historiques
    • la problématique technique / esthétique, un questionnement ancien
    • la naissance du cinématographe : Lumière et Méliès vus par leurs contemporains, naissance d’un dispositif : la question du spectateur et de son regard
    • l’avènement du sonore et de la couleur, modifications technique / esthétique / économique ?
  • Cours II : La chaîne numérique I
    • la caméra – stylo, ancêtre direct du DV ? Projection d’un extrait de Cinéma vérité (interview Leacock et Beauviala)
    • définition de la chaîne numérique ; le débat numérique (Straub vs Quéau)
  • Cours III : La chaîne numérique II
    • vers une « Esthétique » de la DV ? (Dogme 95, la collection « Petites caméras », le « dogumentaire »)
    • Les caméras HD
    • le montage virtuel, l’étalonnage, les effets spéciaux (un habillage ou pas ?)
  • Cours IV : La diffusion numérique
    • la diffusion numérique : la projection numérique en salle et le relief ; la VOD et la dématérialisation du support ; les web documentaires et sites internet (Cd rom Immemory de Chris Marker)
  • Cours V
    • travail sur machine : création d’un DVD
  • Cours VI :
    • tests d’étalonnage : « rattrapage » des erreurs ou création ?
    • préparation du stage
Share

UFR de Sciences Sociales et de gestion
2, rue du Facteur Cheval
91025 Évry Cedex
Secrétariat pédagogique
Véronique Ailem
Formation Continue
Chrystelle Chassaigne

© 2014 Master Image et société : Documentaire et sciences sociales

Master mention sociologie
Spécialité : Image et société - Documentaire et sciences sociales
Domaine
Sciences Humaines et Sociales
Finalité
Professionnelle ou recherche
Accessible en
Formation initiale ou continue